FUUDGE
Fruit-Dieu (30 janvier 2020)

 

Après Les Matricides, sacré album rock au GAMIQ 2019, Fuudge est de retour avec un album tout aussi lourd et mélodique. Le Fruit-Dieu qu’on attendait tous.

Écouter l’album

« Il n’y a aucun doute, on a affaire ici à un talentueux créateur chansonnier qui maîtrise à la perfection les codes du stoner psychédélique. » -Le Canal Auditif

« En dépit de la facture stoner rock infiniment sombre, un certain plaisir de transgression émane de l’œuvre et se retrouve, au final, dans nos tympans. »Journal de Montréal

« L’agilité créative avec laquelle Fuudge explore les nuances du rock, tout en restant mordant, en fait déjà une figure de proue. » – La Presse

« C’est un peu comme si au lieu de voir se succéder les claques sur la gueule comme c’était le cas avec l’album précédent, Bujold espaçait chacune de ces claques d’un moment de tendresse où il nous joue doucement dans les cheveux. Croyez-moi, l’effet n’en est que plus brutal. » -ecoutedonc.ca

DOUBLE DATE WITH DEATH

L’Au-Delà (10 janvier 2020)

 

Double Date With Death a amorcé un virage francophone à saveur de garage rock, cosmic pop et ambiances psychédéliques avec son nouvel album L’Au-Delà

Écouter l’album

« Ce nouveau projet de Double Date With Death démontre réellement l’habileté du groupe à mixer les genres, les tempos et les émotions afin de créer un opus cohésif qui nous transporte. » -Urbania

« Hérauts d’un rock garage psychédélique, Double Date with Death atteint l’équilibre entre une énergie quasi punk et des mélodies sucrées. » -Le Devoir

« An adrenalized brand of psych rock that stays mainly in the Oh Sees/Ty Segall shriekabilly garage, albeit with a French Canadian twist of the tongue. Amongst all the revved up, reverb-drenched riffing are “Fluorescent” and “Kodak,” both lovely dreampop. » –Brooklyn Vegan

« Double Date WIth Death a réussi son passage dans la langue de Molière, notamment en proposant un riche équilibre entre l’attitude punk et le côté sucré des mélodies. Ça déménage plus souvent qu’autrement (Copier-Coller et La princesse de l’au-delà), même si on a parfois quelques moments UN PEU plus tendres (Fluorescent). Du rock sur le 220 du début à la fin. » –ecoutedonc.ca